Les militants écologistes qui squattaient un terrain proche de la future gare du métro ont été évacués

Le Tribunal de Pontoise a ordonné vendredi dernier aux militants écologistes d’évacuer immédiatement la parcelle du Triangle de Gonesse occupée illégalement depuis plusieurs jours. Face à leur refus de quitter le terrain, le préfet a ordonné le 23 février au matin l’évacuation du secteur par les forces de polices.

« Je tiens à féliciter les forces de l’ordre qui ont repris possession du terrain sans avoir eu recours à la violence. Je note cependant que ces militants se revendiquant non violent n’ont pas hésité à caillasser les compagnies républicaines de sécurité pour les empêcher de mener à bien leur mission » déclare Jean-Pierre Blazy.

L’intervention de ce matin intervient seulement 4 jours après la décision de tribunal de Pointoise. Cette grande réactivité des services de l’Etat est un signal fort qui confirme l’importance de la gare du Triangle de Gonesse et par voie de conséquence du projet d’aménagement qui s’organisera autour de ce nouveau pôle de transports.

Cependant, Jean-Pierre Blazy a également déclaré : « Il faut désormais que le Gouvernement prenne des engagements fermes et se prononce sur les projets qui seront portés pour développer, l’est du Val d’Oise en général et notre ville en particulier. Les Gonessiens n’ont déjà que trop attendu. »

 

Communiqué de Presse de Jean-Pierre Blazy
Maire de Gonesse

Samedi 20 février 2021

Le tribunal de grande instance de Pontoise a ordonné vendredi 19 février l’évacuation immédiate de la parcelle occupée illégalement par quelques militants qui s’opposent à la réalisation de la ligne 17 du Grand Paris Express. Cette décision est assortie d’une astreinte de 500 euros par jour d’occupation et devra permettre de commencer les travaux du métro dans des conditions acceptables.

Jean-Pierre Blazy, Maire de Gonesse, se félicite de cette décision de justice qui vient valider le caractère fondamental du projet porté par la société du Grand Paris et reconnaît la nécessité de déloger au plus vite les quelques agitateurs qui s’opposent à la construction d’une nouvelle infrastructure de transport.

C’est une nouvelle victoire juridique pour le projet de la ligne 17 après la décision du 18 décembre de la Cour d’appel de Versailles et la validation du Plan local d’urbanisme. Le maire de Gonesse espère qu’à défaut de respecter les résultats électoraux qui valident depuis maintenant 10 ans ce projet de gare, les opposants se plieront à la justice et évacueront les lieux sans délai. « Sur un territoire où la présence policière fait souvent défaut aux habitants il est inconcevable que continue la surveillance de ces extrémistes aux dépens de la tranquillité publique. Ces militants venus d’ailleurs ne se rendent pas compte des torts qu’ils causent par leur petite aventure personnelle. »

Jean-Pierre Blazy dénonce la récupération du sujet par certains élus écologistes en mal de reconnaissance et qui souhaitent flatter un électorat éloigné du territoire. « Gonesse n’est pas un lieu de villégiature militante ou de tourisme politique mais une ville confrontée à de nombreux problèmes sociaux desquels se désintéressent totalement ces candidats attirés par les lumières médiatiques. Où sont-ils quand nous dénonçons les nuisances aéroportuaires et la fuite des services publics ?»

Il en appelle désormais à l’État qui doit prendre ses responsabilité et ajouter à la sécurité juridique une sécurité politique pour le projet. « Le Premier ministre a promis un plan de soutien pour le département et plus particulièrement pour l’Est du Val-d’Oise. Il faut qu’il s’exprime rapidement et entérine un plan ambitieux pour la communauté d’agglomération Roissy Pays de France et la ville de Gonesse avec la gare du Triangle comme pôle de mobilité et de développement ».  

Ce communiqué est téléchargeable dans l'encart bleu ci-dessous

 

 

Triangle de Gonesse : intervention de Jean-Baptiste Barfety sur France 3 Paris Île-de-France

Le Triangle de Gonesse est au cœur de l’actualité avec l’arrivée de quelques militants écologistes venus occuper un terrain pour bloquer les travaux du métro. 

Jean-Baptiste Barfety, adjoint au maire délégué à l'Économie, à la formation et à la Transition écologique, était l’un des invités du plateau du 18.30 de France 3 Paris Ile-de-France. L’occasion pour lui et la Ville de Gonesse de rappeler l’importance de l’arrivée du métro pour les habitants et de défendre les intérêts des Gonessiens. Retrouvez des extraits de son intervention ci-dessous

C’est de l’avenir de Gonesse et des Gonessiens dont il s’agit. Ne laissons pas des activistes écologistes venus d’ailleurs décider à notre place !