Une pétition pour un référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris

Le 13 juin a été lancée la campagne de signatures pour valider le referendum affirmant le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris.

Aéroport de Paris (ADP) dont l'État détient actuellement 50,6 % du capital bénéficie d'un droit d'exploitation exclusif des aéroports de Paris- Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Paris-Le Bourget, ainsi que de dix aérodromes en Île-de-France. Sa privatisation qui n’était pas dans le programme électoral d’Emmanuel Macron est prévue dans la loi Pacte votée en avril dernier.

Sous l’impulsion de parlementaires socialistes et communistes, 248 parlementaires issus de 11 groupes politiques différents allant de la France Insoumise aux Républicains ont obtenu le lancement d’une démarche de référendum d’initiative partagée (RIP) pour s’opposer à cette privatisation. Après la validation du processus par le Conseil constitutionnel, les élus doivent obtenir 4,7 millions de signatures (10% du corps électoral) d’ici le 12 mars 2020 avant que les français ne soient appelés à voter.

Pourquoi s’opposer à la privatisation ?

Selon Jean-Pierre Blazy qui soutient la démarche, « la privatisation d’ADP serait une erreur financière et une faute stratégique. Erreur financière car l’activité d’ADP est rentable. En 2018 le bénéfice net réalisé par l’entreprise fut de 610 millions d’euros (+6,9% sur un an) rapportant ainsi à l’État 170 millions d’euros chaque année. Faute stratégique car ADP contrôle la première frontière de France et assure un service public. En devenant privé, il sera encore plus difficile de défendre l’intérêt des populations notamment dans la perspective de la construction du nouveau terminal T4 qui soulève des enjeux sanitaires et environnementaux majeurs. Les privatisations de l’aéroport de Toulouse Blagnac ou des sociétés d’autoroute ont été très défavorables

financièrement pour l’Etat et préjudiciables pour les usagers ; il ne faut pas reproduire la même erreur. A ce jour environ 200 000 personnes ont signé pour demander le référendum et j’appelle les Gonessiens à se mobiliser. »

Comment signer ?

En ligne sur le site : www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1 (postes informatiques mis à disposition dans les centres socioculturels).
En version papier à l’accueil de l’hôtel de Ville ou du Pôle population Education Solidarité