Réaction de Jean-Pierre Blazy suite à l’annulation d’Europacity par le Président de la République

« Le Président de la République a décidé d’annuler le projet Europacity. C’est pour les élus et les habitants du territoire une décision incompréhensible et inacceptable. Aujourd’hui je suis un maire en colère ! Le gouvernement sacrifie notre territoire au nom d’une vision uniquement symbolique de l’écologie. Il y a chaque année en France 60 000 hectares urbanisés dans l’indifférence du gouvernement. Europacity c’est 10 000 emplois sur seulement 80 hectares dont 17 hectares de parc et ferme, de la culture et des loisirs au cœur d’un territoire défavorisé et 100% d’énergie propre. Je rappelle que 16 000 hectares d’agriculture sont préservés sur l’agglomération. Je suis pleinement conscient de l’urgence écologique mais il y a aussi une urgence sociale et ce projet incarne un équilibre nécessaire entre protection de l’environnement et réduction des inégalités territoriales.  
Nous ne pouvons répondre à l’urgence écologique sur le dos des populations défavorisées et des classes moyennes ! Manifestement Emmanuel Macron n’a pas compris l’avertissement de son peuple par la voix des Gilets Jaunes. C’est une exécution en règle sans autre forme de procès au détriment d’une population que le Président abandonne. Les petits calculs politiciens et les intérêts souterrains d’un groupe immobilier concurrent ont eu raison d’un projet structurant qui donnait de l’espoir à des dizaines de milliers de citoyens à qui l’Etat fait des promesses depuis les émeutes de Villiers-le-Bel de 2007 et qui aujourd’hui renie sa parole.  
La Seine Saint Denis voisine a les JO, le grand stade et la Plaine Saint-Denis, plusieurs stations de métro du Grand Paris et aujourd’hui un nouveau plan gouvernemental de soutien. L’est du Val d’Oise qui connait les mêmes réalités sociales avec un chômage de masse est oublié. C’est la double peine pour notre territoire : les nuisances aériennes liées à l’aéroport de Roissy qui seront renforcées par le projet de 4ème terminal faisant passer de 1300 à 1800 le nombre de vols quotidiens renforçant ainsi nuisances sonores et pollution atmosphérique et 3 milliards d’investissement privé annulés.  
Il y a deux ans déjà, le gouvernement avait remis en question la ligne 17 du métro du Grand Paris Express et la gare du Triangle de Gonesse, la seule du Val d’Oise. La mobilisation des élus et des citoyens à travers pétition, motions et manifestations avait permis de sauver notre métro. Je reste déterminé à me battre pour répondre aux besoins d’une population sacrifiée par l’Etat en termes de transport propre, d’emploi, de culture, d’attractivité.    
Une conférence de presse commune aura lieu demain à 11h à la salle du Conseil municipal de Gonesse (66 rue de Paris) en présence de Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise et Patrick Renaud, Président de l’agglomération Roissy Pays de France.  

 

Le communiqué de presse est téléchargeable au format PDF ci dessous :