La Ville maintient la semaine de 4 jours et demi

Alors que la possibilité était donnée aux communes de revenir à la semaine de quatre jours (comme 1/3 des écoles françaises), la Ville a fait le choix de conserver la semaine de quatre jours et demi et son organisation des Temps d’Activités Périscolaires. En plus d’une semaine scolaire remaniée, avec des après-midis de classe raccourcis et la classe le mercredi matin, tous les enfants ont accès à des Temps d’Activités Périscolaires (TAP) gratuits deux fois par semaine. Le taux de participation des enfants aux TAP (88%) incite à poursuivre en ce sens. Fin 2015, une première phase d’évaluation avait en effet montré la satisfaction générale des parents et des enfants concernant les choix d’organisation du temps scolaire et des TAP. Ces derniers reprennent donc lundi 11 septembre pour les écoles du centre-ville, Saint-Blin, La Madeleine et les Tulipes et mardi 12 septembre pour les écoles des Marronniers et de la Fauconnière.

La municipalité considère l’éducation des enfants comme essentielle, elle a donc fait le choix de proposer aux enfants des activités riches et variées dans quatre domaines : l’éducation à la citoyenneté et au vivre-ensemble, les arts et la culture, le sport et les activités manuelles, techniques et scientifiques. Pour l’année scolaire 2016-2017, ce sont près d’une centaine d’activités différentes qui ont été menées, encadrées par des professionnels qualifiés (animateurs, ATSEM, éducateurs sportifs, musiciens, enseignants, bibliothécaires, etc.).

 

Des activités de découverte variées
Les enfants découvrent la musique et les instruments tels que le violoncelle, le djembé mais aussi la musique électronique avec les professeurs de l’école municipale de musique. Ils s’essaient au jeu scénique encadrés par des comédiens, abordent la création littéraire lors de temps de rencontre avec les enfants handicapés de l’Institut d’Education Motrice Madeleine Fockenberghe et Sandrine Vivier, artiste de l’association 100 Transitions.
De nombreux sports sont proposés, allant des sports de combat (karaté, judo, kungfu, escrime) aux sports collectifs (football, basket ball, handball) en passant par l’escalade, la gymnastique, le badminton ou encore le tennis. En plus des sept éducateurs sportifs communaux, huit clubs sportifs gonessiens participent aux TAP.

Dans le domaine de la citoyenneté, les enfants participent à des projets sur la démocratie locale, au cours desquels ils ont l’occasion de rencontrer et d’interroger des élus du Conseil municipal. Ils sont sensibilisés à l’égalité entre les filles et les garçons, au respect de la laïcité, à la tolérance et à l’acceptation des différences, notamment concernant le handicap. Ainsi, deux animatrices mènent des activités sur ce sujet, dont la découverte de la langue des signes.

Les sciences et les nouvelles technologies sont également au programme. En multimédia, les enfants apprennent à utiliser correctement l’ordinateur, tout en étant sensibilisés aux risques d’Internet. Ils découvrent aussi de façon ludique différents phénomènes scientifiques et font des expériences qu’ils peuvent même parfois reproduire à la maison.

 

3 questions à

Françoise Hennebelle,
Adjointe au Maire déléguée à l’éducation et aux rythmes scolaires

Alors que le nouveau gouvernement permet de revenir à la semaine de 4 jours, la Ville maintient la semaine scolaire de 4,5 jours. Pourquoi ?
A Gonesse nous appliquons la semaine scolaire de 4,5 jours depuis 2013, c’est-à-dire que les CP de 2013 entrent aujourd’hui en CM2 et auront fait leur cycle élémentaire selon cette nouvelle organisation. En même temps ces enfants auront eu la possibilité, à travers les TAP, de pratiquer 2h30 d’activités hebdomadaires gratuites dans les domaines aussi variés que le sport, la culture, le développement durable, l’éveil à la citoyenneté. On supprimerait tout cela d’un revers de la main, sans en faire une réelle évaluation et sur une simple concertation rapide en conseils d’école ? Ce n’est pas sérieux !

Pourtant cela pèse lourd dans le budget de la ville et rien n’est dit sur le maintien des aides de l’Etat ?
C’est vrai que l’effort budgétaire de la commune est important, autour de 800 000 euros par an, mais l’éducation a toujours été une priorité de la politique municipale. Pour l’année scolaire qui vient, les subventions de l’Etat et de la CAF sont assurées. En cas de diminution, voire de suppression de ces aides, la Ville ne pourra certainement pas assurer à elle seule tout le financement et devra prendre une décision. Nous avons pour cela une année devant nous. En
l’absence d’une véritable évaluation nationale, nous en lancerons une à l’automne.

Comment va se dérouler la phase d’évaluation et de concertation ?
Nous en sommes à la 5e année scolaire de la réforme. C’est suffisamment long pour mesurer si la réorganisation du temps scolaire et la  participation des enfants aux TAP ont eu un effet sur leur apprentissage et sur leur comportement.
Cette évaluation sera menée par un prestataire expert dans ce domaine. Les résultats devraient être connus mi-février 2018. Ceux-ci permettront de préparer la rentrée scolaire suivante en concertation avec l’ensemble de la communauté éducative (parents, enseignants, professionnels éducatifs, associations partenaires, etc.).